Partagez | 
 

 Un coup qui tourne mal...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Myle Chedd
Pserh
avatar

Messages : 51

Caractéristiques
Age: Une vingtaine d'années
Arme(s): Ses deux dagues
Pouvoir: Se téléporter

MessageSujet: Un coup qui tourne mal...   Dim 6 Nov - 23:58


-Qu'est-ce que tu fous, Myle? Ils vont arriver d'une seconde à l'autre!

Myle se demandait s'il devait lui répondre ou lui casser la gueule. De sa petite troupe, que Jack soit sans conteste le plus bête et le moins apte à réussir quoi que ce soit dans sa vie, passe encore. Mais rien n'énervait plus Myle que les trouillards. Et ce Jack était vraiment trop trouillard pour être utile dans les opérations de nuit. Surtout que lorsqu'on vient à la prison des neuf enfers pour libérer un membre influent de la truanderie, il faut avoir les nerfs solides... Si le chef n'avait pas insisté pour qu'il l'emmène, Myle l'aurait laissé sur le carreau comme la loque dont il aurait dû avoir l'apparence en plus du courage.

-Ferme-la, bon dieu! Ils arriveront encore plus vite s'ils t'entendent!, siffla-t-il du haut de son perchoir. Alan, fais-le taire ou je descend et je m'en occupe moi-même!

Ils, c'était les gardes, qui risquaient en effet d'arriver pour leur ronde, mais pas avant une ou deux minutes. Laps de temps que Myle avait estimé suffisant pour mettre son plan à exécution : tendre un petit piège et neutraliser la patrouille par un accident, dû à la chute malencontreuse et totalement imprévue d'une dizaine de barriques de harengs au mauvais moment et au mauvais endroit... Les quelques survivants potentiels auraient eu la malchance de recevoir une grêle de tuiles, venant d'une toiture en mauvais état qui aurait été secouée par les barriques, ce qui leur aurait coûté la vie. Le vacarme attirerait sans aucun doute la majorité des gardes présents sur un bon périmètre, et il suffirait ensuite aux brigands de se dépêcher d'aller de l'autre côté de la prison pour avoir la voie libre. Mais pour cela, il fallait que l'autre enflure qui servait de guetteur lui laisse le temps d'installer son dispositif sans enquiquiner tout le monde et, surtout, en silence. La nuit, sans lune, était très pratique pour échapper à des poursuivants, mais pas franchement pour faire et défaire des nœuds propres à tenir des tonneaux en place... Enfin, il allait quand même parvenir à un bon résultat s'il parvenait à se concentrer. Une veine, quand même, quand il y pensait, qu'ils aient pu installer cette charrette pleine de barriques à deux rues de l'entrée principale de la prison sans que personne ne s'en aperçoive... L'odeur qui s'en dégageait arrivait presque à faire oublier la puanteur de mort qui suintait des murs. Pour les soldats de garde, ça avait dû être plus un répit qu'un dérangement.

-Ça y est, j'ai fini.C'est bon, là-haut?

Un signe de main lui répondit du toit d'en face, signifiant que Brandon et Kevan étaient prêts à larguer les tuiles. Il était temps. Myle commençait à entendre des bruits de pas qui se rapprochaient. Il commençait aussi à sentir une boule lui monter dans la gorge. Quelque chose comme un mauvais pressentiment...

-Ils... Ils arrivent! Descendez, on se barre!
-Mais ferme ta gueule ! Tu vas nous faire repérer, andouille!, ordonna la voix bourrue d'Alan, qui portait loin dans le silence de la nuit, même chuchotée. Il manqua faire tomber le froussard quand il l'agrippa par le bras pour le cacher avec lui dans un coin de porte. Les torches de la patrouille commençaient à éclairer la ruelle, tandis que le bruit de pas s'amplifiait. Myle commençait à se demander s'il ne s'amplifiait pas un peu trop... D'habitude, il n'y avait que vingt soldats, en cinq colonnes de quatre. Là, il lui semblait qu'au moins une cinquantaine de personnes venaient vers eux. Non, ce n'était que le stress, son mauvais pressentiment qui le rongeait. Sans aucun doute la proximité de la prison. Cette sombre bâtisse respirait la mort, la torture, tout le monde le savait. Myle avait même entendu dire que certains des gardes devenaient fous à force d'y être exposés. Et puis, de toutes façons, comment quelqu'un se serait-il douté de leur présence ici? Aucune fuite n'avait pu avoir lieu quand à leur opération, puisqu'elle avait été planifiée le matin même. Et même alors, personne n'aurait cru quiconque assez fou pour vouloir faire évader quelqu'un de la prison des neufs enfers. Aucune raison de s'inquiéter.

Aucune raison de s'inquiéter, mais... Il y avait quand même Jack, qui risquait de faire des siennes. Et Myle n'était pas tout à fait sûr de l'efficacité de son piège. S'il ne marchait pas... Ils ne feraient pas le poids contre un corps de garde armé jusqu'aux dents. Myle pouvait bien se téléporter, mais aucun de ses équipiers n'aurait de chances d'en réchapper.

Le premier soldat arriva enfin dans la ruelle. La main de Myle tremblait en tenant son couteau. En priant tous les dieux qu'il connaissait, il trancha la corde.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jahëll Silma'hendi Draug
Chef des traqueurs
avatar

Messages : 60

Caractéristiques
Age: 23 ans
Arme(s): un arc et deux sabres
Pouvoir: Se téléporter

MessageSujet: Re: Un coup qui tourne mal...   Jeu 24 Nov - 16:59

La nuit était parfaite ce soir là, le temps était clément, et la lune avait totalement disparut, laissant toute leur majesté aux milliers d'astres éclairant le ciel. Seule dans l'herbe haute, la louve blanche admirait le spectacle, les yeux grand ouverts. Il était rare que Jahëll utilise la métamorphose, mais la plus douce des fragrances et la plus envoutante des mélodies n'étaient rien comparées à la splendeur d'une nuit sans lune.

Cependant, cette fois-ci, la Pserh avait du mal à se laisser porter par la beauté du spectacle, elle était très préoccupée et n'arrivait pas à se changer les idées.
Depuis quelques jours déjà, cette histoire d'évasion à la prison des neufs enfers la turlupinait. Sans savoir pourquoi, elle avait le curieux pressentiment que cette affaire avait quelque chose d'anormal. Toutefois, elle n'avait pas vraiment eu le temps de mener sa propre enquête et cela lui donnait des insomnies inquiétantes.

Sans réfléchir une seconde de plus, elle se leva, reprit forme humaine et se téléporta presque instantanément.
Arrivée chez elle, elle enfila un long manteau à capuchon, se saisit de ses deux sabres et sortie par la porte de derrière qui donnait sur les écuries. Elle prit alors quelques minutes pour sangler Socrate, seul cheval en qui elle pouvait avoir toute confiance car il connaissait la vallée comme sa poche.
Une fois sur son dos, elle lui annonça leur destination et le vieil étalon partit vers la vieille cité d'un galop soutenu.
Penchée en avant, la jeune femme était à l'écoute des moindres gestes de l'animal pour ne pas tomber.
Après une bonne demi-heure de cheval, Jahëll arriva aux portes nord de Dornelanth et descendit de son destrier qu'elle laissa repartir dans la nuit.

Passant la garde sans encombre, elle s'engouffra dans les rues insalubres de la ville.

1...2...3 ruelles, un quart de tour sur moi même, prendre la rue en pente qui sent le cuire et la rouille. Passer encore 2...3...4 rue sur ma droite... prendre l'escalier entre la maison au lier grimpant et la taverne qui sent le bourbon. Enfin, arriver sur la place de la prison, la traverser, 23...24...25 pas, j'y suis presque...

Soudain , un vacarme assourdissant retenti, brisant le silence inquiétant de la place. Tendant l'oreille, elle reconnu le tintement distinctif de tonneaux de bois s'entrechoquant puis le son matte du bois se fracassant sur les pavées accompagnés de cris de douleurs. Quelques secondes plus tard, alors que les cris n'avaient pas cessé, les gardes de la porte sud quittèrent leur poste précipitamment pour trouver la source de tout ce vacarme.

Profitant de l'inattention des gardiens, Jahëll entra dans la prison en frôlant les mures entourant la place pour ne pas se faire repérer par les éventuelles curieux postés à leur fenêtre.
Une fois à l'intérieure, elle s'éclipsa dans un des deux petits couloirs peu éclairés donnant sur le hall des arrivées et tendis l'oreille pour connaitre la ronde du garde de nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myle Chedd
Pserh
avatar

Messages : 51

Caractéristiques
Age: Une vingtaine d'années
Arme(s): Ses deux dagues
Pouvoir: Se téléporter

MessageSujet: Re: Un coup qui tourne mal...   Mar 20 Déc - 17:01

Parfait. Les gardes étaient tombés bien profond dans le panneau, et s'agitaient frénétiquement pour s'en sortir, ridicules petites fourmis enfermées dans un bocal. Myle fonçait maintenant par les toits vers l'entrée de la prison. Alan et jack le suivaient d'assez près, et, de l'autre côté de la rue, couraient Kevan et Brandon.

C'est à l'arrivée à la porte de la prison que les choses sérieuses commencèrent. Huit gardes étaient restés à la porte, et ils n'étaient que cinq. Quatre et demi, plutôt. De plus, il leur fallait être le plus silencieux et rapides possible. Myle fit un signe de la main à Alan, qui fit le même à Brandon, qui le répéta à Kevan. Tous sortirent leurs couteaux de lancer. Quatre légers sifflements chuintèrent comme un seul dans la nuit, puis quatre bruits mats. Et avant même que les corps des gardes ne rencontrent le sol, quatre hommes sautèrent des toits sur ceux encore debout pour les transpercer de quatre dagues. Et en beaucoup moins de temps qu'il n'en avait fallu pour l'écrire, les truands pénétrèrent à pas de loups dans la prison.

Après avoir silencieusement massacré deux gardes qui faisaient leur ronde, ils s'engouffrèrent dans l'escalier menant aux sous-sols. A pas rapides et précautionneux, ils dévalèrent les marches faiblement éclairées par des torchères jusqu'au troisième niveau sous terre, et neutralisèrent les quatre gardes à la porte du couloir, sans oublier d'"emprunter" les clés à l'un deux. Tout allait bien jusque-là. Ils coururent jusqu'à la cellule S357 et Alan introduisit immédiatement la clé dans la serrure. Il tourna, et après quelque résistance, la serrure grinça, et avec un claquement sourd, la porte tourna sur ses gonds en grinçant horriblement. Myle décrocha une torche du mur et pénétra dans la cellule en l'éclairant. Personne.

Il n'y avait personne dans la cellule. A part quelques rats rongeant la paillasse crasseuse, les 5 mètres carrés que représentait cette chambre d'hôtel ne contenaient pas âme qui vive. Myle resta un instant sous le choc. Comment se faisait-il qu'il n'y ait personne dans cette foutue cellule? Ils avaient dû se tromper de numéro. Non, impossible. S 357, S 357, S 357! Pas d'erreur possible, c'était celle-là! Comment auraient-ils pu se tromper? Ils regardèrent quand même dans les cellules voisines, par acquis de conscience, mais il n'y avait personne non plus. Évidemment. Ils s'étaient fait rouler comme des bleus. La seule solution plausible était que les gardes aient transféré le prisonnier vers un lieu plus sûr. Pourquoi? Il avait dû y avoir des fuites.

-Ils sont là! Arrêtez-les!!

Le cri provenait d'un garde, qui, avec sa bonne dizaine de collègues, courait vers eux depuis l'unique entrée du couloir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jahëll Silma'hendi Draug
Chef des traqueurs
avatar

Messages : 60

Caractéristiques
Age: 23 ans
Arme(s): un arc et deux sabres
Pouvoir: Se téléporter

MessageSujet: Re: Un coup qui tourne mal...   Sam 24 Déc - 0:30

Camouflée par l'ombre du corridor, Jahëll tendait l’oreille. Un groupe d'individu passa prestement dans le hall, se dirigeant vers les sous-sol. A entendre la cadence de leurs pas, ils ne devaient pas être plus de 6, nombre encore contrôlable.
Lorsqu'ils furent aux plus près, l'héritière ressenti une étrange sensation qu'elle connaissait parfaitement. Un de ces hommes était un Pserh, il n'y avait aucun doute.
Décidément, elle avait eu raison de venir ce soir. Elle ne savait pas si ces évènements allaient répondre à ses questions mais tout ceci devenait dangereusement intéressent.
Lorsque la garde de nuit déboula dans le hall et se mit à la recherche des hors la loi, elle attendit quelques secondes et les suivi à pas feutrés.
Le groupe dévalaient les marchent de l'escalier lorsqu'un grincement de métal retenti au dernier niveau.
Quelques instants plus tard, les gardes étaient dans le couloir, tandis que Jahëll restaient en arrière dans l'escalier de pierre.

La voix du capitaine retenti:

-Ils sont là! Arrêtez-les!!

Alors que le métal commençait à s'entre-choquer, la Pserh sorti de l'ombre et annonça:
- Capitaine Fitz, je voix que votre vigilance laisse encore à désirer. Laissez ces hommes tranquilles, il n'est plus de votre devoir de vous en occuper.

Les mots de la jeune femme firent cesser le combat presque immédiatement:

- Vous?! Toujours dans les parages dans les situations louches. Aveugle, mais un sixième sens pour trouver les pires criminels à défendre.

-N'allez pas de nouveau causer un accident diplomatique, rétorqua-t-elle, un de ces homme est des nôtres, c'est à moi de m'en charger.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un coup qui tourne mal...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un coup qui tourne mal...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le coup marketing de Leslie Voltaire ; un coq comme symbole électoral
» Coup raté, coup réussi, — “coup d’Etat” sans Etat
» Coup d’État en Haïti « revisité
» Zimbabwe-Mugabe : La Nécessité d’un Coup d’état
» Ricardo Seitenfus claims coup against Préval was suggested

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amaréthys - L'héritage du Chomor :: ¤ La citadelle de Dornelanth ¤ :: Prison des 9 Enfers-
Sauter vers: